Juin 2016 – Quand un animal te regarde au théâtre Dunois à Paris

En ce moment, la pièce « Quand un animal te regarde » est au théâtre Dunois à Paris.

Séances tout public : mercredi 1er juin 15h (à 16h, rencontre avec l’association L214 sur le thème « Prise en compte des animaux dans la loi »)
samedi 4 juin 18h
dimanche 5 juin 16h

Scolaires : 1er juin 10h – 2 juin 10h et 14h30 – 3 juin 10h

Tout public à partir de 8 ans – Durée 55 min.
Un dessinateur sur sable, un musicien, et deux comédiens danseurs explorent de manière ludique l’histoire du rapport de l’homme à l’animal, de l’Antiquité à nos jours.

Revue de presse

 Quel plaisir de voir réunis, dans un même spectacle, plusieurs arts, sans que l’un soit plus important que l’autre.
C’est le cas de ce magnifique spectacle dans lequel danseurs-comédiens, musicien et peintre sur sable interagissent, s’appuyant les uns sur les autres pour se compléter.
Pour commencer le voyage, le plasticien dessine sur scène, sur du  sable, des tableaux qui sont projetés. Il réussit à créer des merveilleuses ambiances, qui nous font presque oublier que ce ne sont que des dessins. Quelquefois il intègre à son dessin l’un des comédiens, posté devant l’écran.
Les comédiens-danseurs nous promènent d’animal en animal, à travers les époques. Ils ont une grande plasticité et devant nos yeux éblouis apparaissent vaches, chiens et autres animaux, dont il faut citer un magnifique combat de cerfs. … le musicien joue de toutes sortes d’instruments (appeaux, petites percussions, objets  et instruments bricolés) ainsi que de la clarinette et de sa voix avec une grande variété sonore et rythmique.  La « partition sonore » interagit parfaitement avec le déroulement du scénario, s’en inspire, mais aussi inspire, par son rythme, certaines séquences de la création plastique.
La compagnie du Singe Debout offre ainsi un nouveau volet de son travail sur l’animalité, dans ce spectacle qui traite des rapports de l’homme à  l’animal, d’où nous sortons émerveillés.
par Cristina Agosti-Gherban

Quand un animal te regarde

…Une théâtralité de la terre universelle  Nous sommes d’autant plus saisis lors de ce voyage que l’aspect ritualiste touche à l’universel, entre incantations traditionnelles et ambiance chamanique. Telle est la réussite principale de ce spectacle : le lien à la terre, à la chair, aux corps en mouvement…
Les dessins de sable soulignent certes la finitude de toutes choses, mais ils symbolisent encore ce qu’il y a de plus petit parmi les éléments de notre monde : le grain de sable. Nous sommes dans l’infiniment concret, dans ce qu’il y a de plus petitement commun, dans ce qui nous est le plus commun, à nous êtres vivants. La palette des objets employés par le musicien complète, par son ampleur, cette approche : la pierre, la peau ou même un simple tuyau ; la matière même de chaque objet contient son langage sonore et son ambiance. La création lumière couronne tout en finesse cette mise en scène réussie.
par Pierre MONASTIER

Travaillant en pédagogie scientifique je trouve cela réellement passionnant et cette performance aborde vraiment une pédagogie qui me touche beaucoup : autant pour adultes que pour enfants!
Mathilde Rebuffaud, Chargée de l’action éducative de la Ménagerie, Mission de la Diffusion des Connaissances et de l’Action Educative, Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris

Quand un animal te regarde

…cris d’animaux de la jungle, barrissements, rugissements, il y a un homme chien plus vrai que nature qui gambade. On fait le procès de Chouquette dans une salle d’audience dessinée sur le sable, retransmis sur écran. « Pour faire le chien, tu n’as qu’à être chien ! » Et malgré l’absence de Cyril, son alter ego Matthieu Lemeunier accompagné par le dessinateur et le musicien font merveille pour évoquer d’abord l’âge d’or de l’homme en harmonie avec les dieux et les animaux, puis l’animal machine de Descartes…
par Edith Rappoport